Poids Plume, des livres poèmes de la main à la main

09 août 2018

Vis ! vies !

IMG_20180528_175756

Poète Rochelaise, Sofia Queiros a publié plusieurs recueils de poésie aux éditions Isabelle Sauvage.

Voici son texte offert pour l'édition 2018 de Poids Plume :

VIS

Une vie 

à l'aune de peu de 

regards

 

mais sûrs

dans les creux et les

bosses,

 

les rides et les

taches brunes

 

à l'aune d'un arbre,

d'un oiseau,

 

d'un tas de pierres

d'une brise insistante

 

qu'on suit comme le

meilleur des amis, le plus

grand amour

sous un monticule de 

terre

 

de ciel bleu.

 

Erratum des éditions Mots Nomades : coquille, coquillette, au maquettage un "e" indésiré s'est glissé dans le titre de Sofia ! le titre d'origine est "Vis". Errare Poids Plume est aussi...avec les excuses-de-la-maison à la poète et aux lecteurs.

Posté par Gaid à 07:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 juin 2018

L'émotif et mots tifs

IMG_20180514_173222

 

Parfois les objets s'invitent dans les livres poèmes.

Ici, Aude offre une authentique paire de petits ciseaux, adroitement reliée à son livre par un brin de laine...perplexité du maquettiste !

Mais nos scans appareils photos et autres machines 2.0 ont raison du casse-tête ici posé, et le lecteur peut ainsi découvrir auprès des passeurs de poèmes

L'émotif et mots tifs

À quand le Poids plume en 3D ?

 

 

 

 

 

 

Les petits ciseaux vexés de ne

rencontrer que des poux,

cheveux ternes ou autres

pellicules étaient à bout.

 

Las des maux du quotidien,

les métis ciseaux bien mal en teint,

shampouinaient pour un rien...

Assez des tifs !

Impossible d'entamer des modifs.

Échec et nattes...

 

Mais voyons, tu es trop émotif

pour travailler chez un coiffeur

file...

 

Petits ciseaux rouillés d'avoir

trop reniflé partirent de bon crin

euh de bon train...

 

Dans une école, ils atterrirent à

bout de souffle, raie de travers,

rasant le vent...

 

Les sensibles petites cisailles,

sans mot dire, rencontrèrent de

jolius dessins, écoutèrent les cris de joie...

Au-revoir tracas des tifs,

finis les mots frisés, raidis

et autres bigoudis.

 

Enfin, le paradis pour les petits

émotifs dont les maux furent

remplacés par des mots gosses.

 

Aude

 

 

Posté par Gaid à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2018

Jeudi !

20180411_155929[8800]

Petit Manifeste du jeudi

Je dis 

Gère la colère

Je dis 

Faire la paix

Je dis 

Vise les malentendus

Je dis 

Fuse les ingénues

Je dis 

Cerne les âmes

Je dis

Femmes je vous aime

Je dis 

Va à l'aventure

Je dis

Vends ta monture

Je dis 

                                  Ne toujours

Pour un tour, je ne dis ----jamais

Ne toujours discipline

                        Ne toujours dirige

          Ne toujours dilapide

                                          Ne toujours diminue

Ni dilemme

Qui se dilate

Ni disgression

Qui diligente

                     Dithyrambique,

           je me divertis,

je me diplôme

et 

je dimanche !

 

Séverine Delahaye

Poids Plume 2018

Posté par Gaby- à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2018

Ateliers d'écriture

Flyer 3

Afin de bien préparer la prochaine saison de Poids Plume, rendez-vous au comptoir des Associations de Villeneuve-les-Salines ( avenue Billaud Varenne) afin de se retrouver autour de boissons chaudes et de consignes d'écriture. Ces ateliers se dérouleront les mercredis 11, 18 avril et 2 mai de 17h à 19h. Pas de contrainte ! Venez et repartez quand vous le souhaitez. Parce qu'en atelier d'écriture peuvent ressortir des choses jolies qui prendront place dans un Poids Plume. Comme ces poèmes écrits à plusieurs mains ou non lors de ces rencontres autour des mots.

 

Ambiances ...

Journée froide d'hiver

Le soleil est blanc

Odeur subtile du café

L'hiver est rassurant

Bois de cheminéé

Et chocolat brûlant

Musique langoureuse

Planent les sentiments

Lovés au fond du coeur

Lune argentée

Frôlant la nuit

Douceur d'une haleine tiédie

 

[...]

 

Poids Plume d'un atelier d'écriture de la Maison de Quartier de Port-Neuf

 

 

 

 

20180410_163107

 

 

Dans les tréfonds de mon âme

J'ai puisé l'eau de mes émotions

Pour étancher la SOIF qui m'étreint

Ce trop VIDE qui me donne FAIM.

Le CHAGRIN qui ne sert à rien.

Et toi, loin de moi qui me remplis de ton absence.

Ce trop plein 

C'est un puits sans Fond.

 

Poids Plume de l'atelier d'écriture " Lettres d'Aures"

 

Posté par Gaby- à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2018

Les Petits Retardataires

Certains Poids Plume arrivent après la clôture de l'appel à texte. Trop tard. Ou pas. Parce que maintenant l'appel à textes court toute l'année. Alors ces petits retardataires sont gardés jusqu'à l'hiver prochain et ressortiront quand arrivera une nouvelle fournée de Poids Plume. Ç'a été le cas pour un Poids Plume publié cette année : Sauvage Feuillage Mirage qui est arrivé après la fin de l'appel à texte de l'édition 2017. On lui a donné sa chance en 2018 et voilà. Il est maintenant disponible chez tous les passeurs de poèmes.

Allez-y, retrouvez-le et lisez-le.

 

20180328_120803[7976]

 

SAUVAGE FEUILLAGE MIRAGE

...

Regarde la ! Sauvage la !

Cette envie frénétique

Dévorante, qui élança

La pulsion électrique

BESTIALE

ANIMALE

BRUTALE

L'énergie monte

Les sentiments s'exaltent

Puis chuchotement 

 

 

 

Posté par Gaby- à 12:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]


18 mars 2018

Quand on dit que Poids Plume est ouvert à tous ...

 

 

20180316_150847[7726]

Hamid Tibouchi est un peintre et un poète. On peut lire sur sa biographie sur le site du Printemps des Poètes que "sa production, abondante, est protéiforme : poèmes, peintures, dessins, gravures, photos, livres d’artiste, livres-objets, décors de théâtre, vitraux, illustrations de livres et revues…" et Poids Plume. Parce que oui Hamid Tibouchi a réalisé, lui aussi, un livret poème cette année et pour la troisième fois même. Il nous a donc livré un texte inédit et illustré par ses soins qui est venu tout naturellement rejoindre l'édition 2018 de Poids Plume. Et il a même fait plus que ça car Hamid Tibouchi est le seul auteur à créer son oeuvre de A à Z puisqu'il y intègre lui-même les mentions d'éditeur et le numéro ISBN.

 

 

 

 

RÉSURGENCE

[DÉBRIS D'ENFANCE]

 

Tibane, Kabylie, 1957

 

nous sommes quatre cette nuit 

à l'intérieur de cette cache

à tenter de protéger nos têtes 

tremblant claquant des dents

 

tandis qu'au-dessus du toit

les balles traçantes

telles des guêpes en folie

sifflent trouent et déchirent

 

tout le vaste espace  -

quelle figure diabolique

 

dessinent-elles dans les airs

 

et dans le noir profond - 

pour vaincre ma peur 

j'imagine un merveilleux feu

d'artifices embrasant le ciel

tombant et incendiant les arbres -

 

des obus s'écrasent tout près

de nous dans un fracas d'enfer -

épargneront-ils notre maison

- dieu faites qu'ils restent

 

à l'exterieur du cercle 

que j'ai tracé dans ma tête

 

à la craie blanche autour de notre maison

 

en appuyant de toutes mes

forces sur la craie - en repassant

plusieurs fois sur le trait

afin qu'il reste bien visible dans

 

la nuit d'encre noire et violette

- dieu faites qu'aucun obus

ne tombe à l'interieur du cercle

qu'aucun d'entre eux ne viennent

 

nous trouver dans ce trou - 

toujours dans ma tête et afin

qu'aucun d'eux ne nous voie je

barbouille de suie mon visage puis

 

celui de ma mère et celui de ma

grand-mère et enfin celui de mon

père qui a fait 39-45 et qui sait lui 

comment nous protéger du feu -

Paris, novembre 2016

 

 

Posté par Gaby- à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2018

Suspension

20180303_181722[7620]

Suspension

Il a fait

  des ricochets

sur la mer

Avec pour seul salut

      un gilet

comme alternative

      au désert

"Trompe la mort

      et tais toi"

           ...

Avance les yeux

       fermés

Alors demain

c'est aujourd'hui

rien ne sert de courir il faut

serrer les poings

La mort en suspension

L'espoir en frontière

Il a fait des

ricochets sur la mer

 

Gwendie Bonnenfant

 

Pour retrouver tous les Poids Plume de cette collection 2018 rendez-vous chez les passeurs de poèmes (liste complète ici -> Liste_passeurs_compl_te )

 

 

Posté par Gaby- à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2018

Scène de Poésique

20180303_183507[7624]

Poésie Musique Musique Poésie Poésique !

Frank à la guitare et vous au micro voilà en quoi consistent les scènes de poésique. 

Nous nous sommes déjà réunis autour de deux soirées sur le thème de poésie et aussi de Poids Plume. 

Il en reste une. Une pour lire ses poèmes préférés, ceux qu'on a écrits ou ceux de la nouvelle collection Poids Plume. Une pour se retrouver autour de la musique aussi.  

Où ? A la Maison de Quartier de Port-Neuf

Quand ? La 29 mars de 17h30 à 19h

Ce sera l'occasion pour des auteurs d'un Poids Plume publié dans cette édition de se rencontrer : les CP/CE1 de l'école Descartes et certains résidents de l'EHPAD. Leur livret est donc sous forme de dialogue intergénérationel, un Poids Plume ENTRE DEUX AGES.

 

Les entretiens de Marie

Marie: Moi, j'ai sept ans. La journée, je suis à l'école Descartes. Et vous, qu'est-ce que vous faites, la journée ?

Je suis à la retraite, et c'est la belle vie ! Mes enfants viennent me voir. Les enfants de la crèche viennent nous voir. Je me promène. Je lis le journal. Je parle avec tout le monde ! Mme Martinez

Je regarde les mouettes sur le lac, je mange des bonbons... Jacqueline et Danièle

 

A quoi jouiez-vous ? Quels jouets aviez-vous ?

On avait une corde à sauter, des osselets.

On inventait beaucoup de jeux... on jouait à la maiîtresse, à la marchande. On faisait la cuisine dans les boîtes à chaussures. Annie et Josette

Je jouais à la toupie, aux jeux de l'abricot, à la corde et  à la marelle. Papa nous faisait cadeau pour le 1er mai du parfum du muguet et il nous donnait des livres. Huguette

 

 

 

 

Posté par Gaby- à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2018

Fériés

 

Premier mai

20180306_193854

Elle a marié les chaussures du dimanche avec celles de la semaine

Accroché aux nuages les fruits d'une robe à fleurs

Que les oiseaux picorent, caressent d'une rengaine.

Au souffle de son rire des trois-mâts en bouteille doubleront l'équateur.

De confettis et d'oreillers ses poches ont les mains pleines.

Aux cordes d'une guitare s'agite suspendu 

Le linge pâle de ses peines,

C'est jour de sortie pour ses colères rentrées

Ses espoirs chuchotés, ses peurs murmurées.

Elle courra dans les rues

Marier les pas de danse avec les pas de chance.

Chanter les pas d'accords faut pas exagérer,

Mêler les pas de côtés aux pas sages secrets

Qui écrits sur les murs savent la faire rêver.

 

Peush

Fériés, Poids plume 2018

 

Du 11 novembre au 14 juillet, une traversée de l'an en trois sauts de puce, le temps de la page et du tour des saisons par l'abricotier d'argent.

Des jours respiration en ponctuation dérisoire du calendrier des arbres millénaires. 

 

Posté par Angelique_ à 20:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mars 2018

À lui j'appartiens

Et maintenant

seul le poème compte

plus fort que la vie

plus fort que la mort

j'ose le dire

je sais d'où il vient

et à bord de quelles douleurs

ne ménageant

ni l'esprit

        ni la chair

À lui j'appartiens

       et à lui

       je retourne

Abdellatif Laâbi

20180305_080222

Nous avons ouvert la scène avec ce poème qu'Abdellatif Laâbi a offert à Poids plume cette année.

J'ai dit quelque chose à son propos, quelque chose de tout petit à propos de son oeuvre immense, de sa notoriété internationale, à propos du Maroc, aussi. Je n'ai pas parlé des geôles d'Hassan II, ni du 23 mars 1965, ni de la revue Souffles...

J'ai lu ce poème et Frank l'a musiqué. Simplement. 

Et puis d'autres livres Poids plume ont pris souffle et vie, à travers toutes les voix qui leur ont fait cadeau d'oralité. C'était un moment infime comme une respiration, nous étions une poignée, à peine.

Nous avons entendu des textes d'enfants, des textes d'auteurs d'un jour ou d'un soir, des textes de vous ou de moi, quelle importance, des textes au bord du vide, au bord des larmes ou à la frange du rire, surfant sur la vague énorme du bonheur au ciel ouvert du plafond mauve d'Aiôn, même si c'est casse-gueule, le bonheur. 

Nous étions une poignée, à peine, mais des étoiles et des yeux, des mots comme un premier babil et l'émerveillement. 

Á la toute fin de la rencontre, juste avant de céder la place au groupe de rock qui prenait la relève, Nicolas est venu vers moi demander comment on fait pour écrire dans Poids plume. Je lui ai reparlé du format, exemples à l'appui, j'ai précisé qu'il n'était pas nécessaire de faire des prouesses plastiques pour écrire un livre. J'ai illustré mon propos en lui montrant le manuscrit d'Abdellatif Laâbi, sobre et fait main, à la rature près qui est demeurée d'origine. 

Il m'a demandé qui était Abdellatif Laâbi. J'ai tenté de répondre. J'avais là, devant la scène, L'arbre à poèmes, comme pièce à conviction.

Il y a eu un éclair d'étonnement dans ses yeux.

Un vrai poète. Un vrai poète, ça écrit sur des petits papiers, à la main, et ça offre un texte inédit, aussi.

Poids plume a comme qui dirait, pris du galon, d'un coup. A trouvé son Nobel, son César, son diplôme, son attestation poésie estampillée ministère de la culture. Poids plume, c'est du lourd. À cause du pied d'égalité, précisément. À cause que c'est pas Gallimard. À cause que c'est juste vous et nous reliés par un trait d'union en papier plié. C'est de la poésie, ce qui inclut les vrais poètes mais ne vous exclut pas, ça n'a pas de prix, et ça peut surgir n'importe où. C'est un cadeau. C'est un poème.

J'espère que Nicolas écrira pour Poids plume 2019. Et vous aussi. En vrais poètes.

Même si la langue est un travail, même si l'écriture est exigeante, même si on ne publiera pas tout le monde, et même si parfois, nous aurons l'insolence de refuser des textes de vrais poètes.

Et parce que la langue est un travail, parce que l'écriture est exigeante, parce que la rencontre de l'autre, cela se désire, vous écrirez, en vrais poètes. Vous écrirez, hein, dites ?

Et maintenant 

seul le poème compte

 

Posté par Angelique_ à 09:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :